Tri sélectif

La SNCB renforce la propreté de ses gares en augmentant sa capacité de tri sélectif, poursuivant ainsi son objectif de renforcer sa durabilité dans tous les domaines et de contribuer au confort et au sentiment de sécurité de ses clients.

Quelque 780 poubelles sélectives ont été installées dans 70 des plus grandes gares du pays qui n’étaient pas encore équipées.

Marc Haumont, Head of Exploitation & Construction répond à nos questions :

Où en est l’installation des poubelles sélectives dans les gares et sur les quais ? 
Des poubelles de tri sélectif sont installées partout dans les gares concernées : sur les quais, dans les couloirs, les salles d’attentes, mais aussi dans les zones non publiques occupées par du personnel. 

Quelle est l’ampleur du phénomène des déchets dans les gares ?
En 2018, 6.685 tonnes de déchets ont été récoltées pour l’ensemble des gares belges. Dans les gares où le tri était déjà effectif cette année-là, 4.100 tonnes des déchets ont été récoltées, dont 336 tonnes de PMC, 1.291 tonnes de papier-carton et 2.440 tonnes de déchets résiduels. 
En 2019, la quantité de déchets récoltés pour la seule gare de Bruxelles-Midi s’établissait comme suit : 

  • Déchets résiduels : 560 tonnes
  • Papier/carton : 82 tonnes
  • PMC : 12,5 tonnes

Le traitement des déchets représente-t-il un coût important pour la SNCB ?

Sur une année moyenne, le coût de traitement des déchets s’élève à plus de 330.000 €. 
Le coût de ce que l’on appelle le « piquage des voies », c’est-à-dire la collecte des déchets dans les voies, est lui aussi élevé. Si nous parvenons à diminuer le nombre de déchets jetés dans les voies, cela nous permettra de diminuer la fréquence des piquages et donc de réaliser des économies.  

Pourquoi une campagne de promotion du tri sélectif ? 

Il est important d’encourager nos clients à trier correctement leurs déchets en les plaçant dans le  bon département de la poubelle. Or, si certaines bonnes habitudes sont prises depuis longtemps par nos voyageurs, la crise du Covid change parfois la donne : où jeter, par exemple, un masque usagé ? (Pour information : dans le sac rose)

En effet, si les sacs contiennent plus de 10%  de déchets n’ayant pas été déposés dans le bon sac, leur prise en charge sera refusée par la société de traitement des déchets et ils termineront dans le conteneur dédié aux déchets résiduels. Cela va bien sûr à l’encontre de notre objectif de recyclage. Le traitement des déchets résiduels et tout-venant coûte en outre plus cher que celui des déchets triés. D’où notre campagne de sensibilisation au tri correct des déchets. 

Que deviennent les déchets triés dans les gares ? 


La vidange des poubelles de tri sélectif (un sac par département de la poubelle) est réalisée soit par des sociétés de nettoyage soit par du personnel SNCB. 

Les déchets sont ensuite évacués vers le parc à conteneurs de la gare. 
Ces conteneurs sont enlevés périodiquement par les sociétés avec lesquelles nous avons des contrats-cadres et acheminés en vue de leur traitement.

Comment la gestion du tri sélectif s’inscrit-elle dans la politique de durabilité de la SNCB ?

Il en va de la responsabilité sociétale de la SNCB. Pour la période 2017-2022, la SNCB a formulé des actions concrètes afin d’inscrire notre manière de travailler dans une dynamique respectueuse de l’environnement. La réduction et le tri des déchets font bien entendu partie des mesures prévues.

 
loader