Au cours des cinq dernières années, la SNCB a donné 115.953 objets trouvés dans les gares et les trains à l’asbl Les Petits Riens. La SNCB collabore depuis 2011 avec l’entreprise d’économie sociale. Les objets trouvés que les propriétaires ne sont pas venus chercher après cinquante jours se voient ainsi offrir une nouvelle vie. De plus, cette collaboration a déjà permis de générer quinze emplois au sein de l’entreprise d’économie sociale.

Chaque année, plus de 30.000 objets perdus sont retrouvés dans les trains ou les gares. Depuis 2011, on en compte au total 181.538. Certaines catégories sont évidentes. Pour les GSM par exemple, sur les 5 années de collaboration, plus de 17.000 pièces ont été enregistrées, ce qui représente en moyenne près de dix appareils par jour.

Efforts nécessaires

La SNCB conseille aux voyageurs qui perdent un objet de le signaler de manière aussi rapide et détaillée que possible. Cela se fait via un formulaire à remplir au guichet ou sur le site de la SNCB. A l‘aide de ces informations (description de l’objet, lieu et moment de la perte), la SNCB effectue des recherches afin de le remettre à son propriétaire. En parallèle, la SNCB tente de contacter le propriétaire si des données personnelles figurent sur l’objet comme un nom ou une adresse.

À partir du moment où l’objet est retrouvé, le voyageur est contacté et prié d’aller chercher l’objet dans la gare concernée.

Les Petits Riens

En dépit de ces efforts, tous les objets trouvés ne retrouvent pas leur propriétaire. Dans ce cas, la SNCB les transmet après cinquante jours à l’asbl Les Petits Riens. Ils collectent chaque mois les objets dans les 18 dépôts répartis dans le pays. Depuis le début de la collaboration en février 2011, 16.279 sacs de voyage et sacs de sport, 13.890 vestes et pulls, 1.222 laptops et tablettes et 8.635 gsm ont ainsi été offerts aux Petits Riens.

La collaboration avec la SNCB a déjà généré 15 emplois auprès de l’entreprise d’économie sociale. « Nos collaborateurs trient les objets trouvés et les offrent ou les vendent aux plus démunis », explique Odile Dayez, porte-parole des Petits Riens. “Cela nous a déjà rapporté environ 75.000 euros, argent qui a été investi dans les actions sociales de notre association. »