Le résultat opérationnel1 de la SNCB s’est amélioré en 2015 de 14,7 millions d’euros pour atteindre les 20,4 millions d’euros grâce à une amélioration de la productivité. La diminution de la dette économique qui passe de 3,189 milliards d'euros à 3,176 milliards d'euros est l’autre fait important de l’année 2015.

L’amélioration du résultat opérationnel est une étape importante vers la stabilisation de la dette. Les efforts doivent être maintenus puisqu’un résultat opérationnel positif de 65 millions d'euros est nécessaire pour stabiliser la dette.

Sur une base comparable (hors activité Thalys qui est devenue une société indépendante en avril 2015), le chiffre d’affaires a augmenté de 2,9% pour atteindre 1,036 milliard d'euros. Les recettes pour le trafic domestique ont quant à elles atteint 659,3 millions d’euros (+ 1,3%).

Le nombre de voyageurs pour le trafic intérieur a augmenté de 0,9% à 226,7 millions. Le nombre de trains-kilomètres (production) est resté stable à 77,9 millions. Début 2016, la SNCB comptabilisait 19.352 employés (équivalents temps plein), contre 19.915 un an plus tôt.

Au niveau de la dette, il faut noter que la dette économique baisse de 13 millions d’euros et passe de 3,189 milliards d'euros à 3,176 milliards d'euros. La baisse de la dette économique est le fruit de l’amélioration du résultat opérationnel (tant récurrent que non récurrent) mais aussi de la diminution des subsides d'investissement et des cofinancements régionaux non encore affectés aux investissements.

La composante principale de la dette économique est la dette financière. Il est utile de noter que la dette financière nette a augmenté de 63 millions d’euros (+2,2%) à 2,937 milliards d'euros ce qui est nettement inférieur aux années précédentes. Pour rappel, en 2014 la dette financière avait augmenté de 225,8 millions d'euros soit +8,5%.

 

1/ EBITDA Cash recurrent: Earnings before interest, tax, depreciation and amortisation – cash recurrent