A partir du 9 janvier 2017, les délais d’attente complémentaires pourront être utilisés pour permettre à la clientèle d’effectuer sa correspondance plus aisément dans les gares de Mons, Ciney, Marloie et Libramont. La ponctualité et les correspondances sur les lignes 162 (Namur - Arlon) et 96 (Hal - Mons) étant en net recul ces dernières semaines, la SNCB et Infrabel prennent des mesures pour garantir un maximum de correspondances.

La norme en matière de correspondance prévoit un délai de 7 minutes. Ce temps peut varier en fonction de la gare (taille de la gare, nombre de trains passant par cette gare) et du nombre de voyageurs qui doivent prendre cette correspondance. Néanmoins, en cas de retard, ce temps de correspondance peut s’avérer insuffisant pour permettre à la clientèle de passer d’un train au suivant. Dans ce cas, l’accompagnateur contacte en temps réel le RDV (SNCB) qui analyse la demande et en fait part à Traffic Control (Infrabel). La décision de garantir la correspondance ou non est toujours prise afin de favoriser le plus grand nombre de voyageurs.

Après avoir constaté une dégradation significative du service à la clientèle sur les lignes 96 et 162 ces dernières semaines, la SNCB et Infrabel ont décidé de s’atteler au problème des correspondances manquées. En plus des mesures techniques visant à améliorer structurellement la ponctualité, des délais d’attente complémentaires aux temps de correspondance initialement prévus vont pouvoir être activés si nécessaire. Concrètement, si une correspondance est prévue mais que le premier train accuse un léger retard, le second train partira quelques minutes après son heure de départ prévue afin de garantir la correspondance. Cette mesure va donc avoir un impact direct sur le nombre de correspondances assurées pour notre clientèle dans les gares de Mons, Ciney, Marloie et Libramont.

Aujourd’hui, globalement, plus d’un client sur dix se déplace sur le réseau en effectuant une correspondance entre deux trains.