B4you

Le chantier du RER est désormais relancé sur la ligne « Bruxelles-Ottignies ». Fin de cette année, ce sera au tour de la ligne « Bruxelles-Nivelles ». Officialisée ce matin à Hoeilaart, en présence du Premier Ministre et du Ministre fédéral de la Mobilité, cette reprise a été rendue possible grâce à un financement complémentaire apporté par le Gouvernement fédéral. Au total, environ 100 km de nouvelles voies seront construits. Pour les clients, les premiers bénéfices de ces travaux, désormais réalisés tronçon par tronçon, sont attendus à l’horizon du Plan de Transport 2024 pour ce qui concerne la fréquence de la desserte et dès 2019 pour ce qui relève de l’accessibilité de certaines gares.

Un milliard « vertueux » pour relancer le chantier

En ce mois de mars 2018, le chantier du RER est relancé sur les lignes « Bruxelles-Ottignies » (ligne 161) et « Bruxelles-Nivelles » (ligne 124). Cette reprise des travaux a été officialisée ce matin à Hoeilaart, en présence du Premier Ministre et du Ministre fédéral de la Mobilité. Cette relance a été rendue possible grâce à un financement complémentaire apporté par le Gouvernement fédéral.

En mars 2017, le Gouvernement fédéral a en effet décidé de consacrer une enveloppe complémentaire à la réalisation d’un ensemble de projets ayant une importance stratégique majeure pour la mobilité ferroviaire. Ce milliard dit « vertueux », combiné à des préfinancements régionaux et au solde subsistant dans le Fonds RER, permet aujourd’hui de redémarrer les travaux du RER et de réaliser un certain nombre de priorités régionales. Ces moyens financiers nouveaux constituent le « Plan Stratégique Pluriannuel d’Investissement 2018-2031 » (PSPI) d’Infrabel élaboré en étroite collaboration avec la SNCB pour ce qui concerne les projets conjoints notamment en termes d’accueil de voyageurs.

Travailler « tronçon par tronçon » pour un bénéfice plus rapide

Avant de relancer le chantier, la décision a été prise conjointement entre Infrabel et la SNCB, de désormais travailler « tronçon par tronçon ».

Les travaux commenceront prioritairement par la ligne 161 sur la portion située entre la gare de Watermael et l’entrée de La Hulpe (site dit de « Bakenbos »). La mise à fruit des 4 voies, qui apportera un bénéfice direct et significatif pour les clients, y est prévue en 2025. Sur cette ligne 161, le génie civil – soit l’élargissement de la plateforme ferroviaire afin de pouvoir accueillir les deux voies supplémentaires – est terminé sur la distance de 23km ; à l’exception de la gare de Boitsfort. Les travaux aujourd’hui relancés consisteront à placer les sous-couches (l’assise des rails) ainsi que les deux nouvelles voies sans oublier les dispositifs de signalisation/sécurité et d‘alimentation électrique (caténaire). Le défi pour les équipes mobilisées est de mener cet important chantier à bien sans peser sur la régularité des trains et sans multiplier les interruptions du trafic… alors que, par endroits, anciennes et nouvelles voies vont devoir s’entrecroiser.

Le deuxième tronçon, entre Ottignies et la bifurcation vers Louvain-la-Neuve, sera mis en chantier prochainement. En raison de sa longueur plus réduite (2km) et du fait que les travaux ne nécessitent pas de déplacement des voies existantes, il sera finalisé en décembre 2023. Entre « Bakenbos » et « Ottignies », troisième et dernier tronçon de la L161, le redémarrage des travaux est prévu d’ici 2 ans. La mise à 4 voies sera terminée fin 2026. Les travaux de modernisation de la gare d’Ottignies et de ses abords s’achèveront à l’horizon 2029.

Pour ce qui concerne la ligne 124 « Bruxelles-Nivelles », les travaux seront relancés dans la deuxième moitié de cette année entre Waterloo et Braine-l’Alleud (à hauteur du croisement avec le Ring), soit sur une distance de 6km. La demande de permis pour la gare de Waterloo a été introduite en janvier 2018. La mise à fruit des 4 voies sur cette portion ainsi que l’ouverture du point d’arrêt d’Uccle-Moensberg sont prévues à l’horizon 2025. Pour rappel, sur cette ligne 124, les travaux de génie civil ne sont terminés que sur environ 1/3 de la distance totale de 25km. La relance des travaux sur les portions flamande et bruxelloise est conditionnée à l’octroi d’un nouveau permis.

Au total, sur ces 2 lignes et en ce compris le renouvellement complet des complexes d’aiguillages des entrées et sorties de la gare d’Ottignies, environ 100km de nouvelles voies seront construits.

Le RER, pour une mobilité repensée autour de Bruxelles

Le RER – Réseau Express Régional – repose sur la mise à 4 voies de 5 axes ferroviaires majeurs dans un rayon de 30km autour de Bruxelles. Cette capacité doublée permet de faire circuler les trains rapides sur les deux voies centrales, sans interaction avec des trains locaux qui circulent, eux, sur les deux voies latérales. L’offre aux voyageurs est ainsi étendue avec la possibilité de faire circuler un train local tous les 1/4h.

Depuis 2015, la SNCB a déployé une offre suburbaine importante, à savoir « l’offre S » ; soit plus de 700 trains chaque jour circulant sur 12 relations commerciales, et desservant plus de 140 gares dans Bruxelles et sa périphérie, avec du matériel roulant moderne et adapté.

Progressivement, la réalisation des travaux par tronçons et par phases donnera donc lieu à des accroissements de capacité profitant directement aux voyageurs. Avec l’achèvement des travaux, ce sont quatre trains S cadencés par heure et dans les deux sens depuis et vers Bruxelles pendant les heures de pointe dans toutes les gares entre Louvain-la-Neuve et Bruxelles sur la ligne 161 ainsi que sur la ligne 124 qui pourront ainsi être proposés.

Parallèlement, la SNCB investira dans la rénovation de ses gares afin d’accueillir les voyageurs dans des installations plus conviviales et plus confortables. Les gares des lignes « Bruxelles-Louvain » (ligne 36), « Bruxelles-Ottignies-Louvain-la-Neuve » (ligne 161), « Bruxelles-Nivelles » (ligne 124) et « Bruxelles-Denderleeuw » (ligne 50A) ont été ou seront totalement renouvelées. Il y aura 5 nouvelles gares dont deux (Arcades et Germoir) sont déjà en service ; les gares d’Uccle-Moensberg, Ceria et Braine-Alliance seront également aménagées.

Ces rénovations de gares consistent notamment en la construction de nouveaux quais, de nouveaux abris, d’ascenseurs et en la mise en service ou l’extension de parkings tant pour les voitures que pour les vélos. Ce sera le cas pour les gares de Watermael, de Boitsfort, de Groenendael, de La Hulpe, de Genval, de Rixensart de Profondsart d’Ottignies, et de Louvain-la-Neuve sur la ligne 161 et pour les gares de Waterloo, Braine-L’Alleud, Braine Alliance, Lillois et Nivelles sur la ligne 124. Les rénovations de la gare de Hoeilaart sont quant à elles déjà finalisées. Le montant de ces rénovations représente un budget global de 155 millions réparti sur la durée des travaux.

A ce jour, les infrastructures de 2 des 5 axes du RER fonctionnent déjà ; à savoir les portions « Bruxelles-Hal » (ligne 96N) et « Bruxelles-Louvain » (ligne 36N) qui constituent aussi les portes d’accès aux lignes à grande vitesse vers la France et vers Liège. Le tunnel « Schuman-Josaphat » a quant à lui été ouvert au trafic en avril 2016.

Sur l’axe « Bruxelles-Denderleeuw » (ligne 50A), les 4 voies seront mises en service fin de cette année entre Anderlecht et Sint-Katharina-Lombeek (15km) puis, en 2020, entre Bruxelles-Midi et Anderlecht (3km).