atrium

Le Conseil d’administration a statué ce jour sur un nombre de dossiers importants qui s’avèrent primordiaux pour la modernisation et une meilleure performance de la SNCB.

Le premier dossier concerne l’organisation de la SNCB. Outre le Comité de direction, un Executive Committee constitué des membres du Comité de direction et des responsables d’autres Directions essentielles à une gestion performante de l’entreprise, a vu le jour sur proposition de la CEO Sophie Dutordoir.

L’ampleur des défis et des priorités auxquels la SNCB est confrontée requiert en effet un alignement, une implication et un engagement absolus de toutes les activités opérationnelles et de soutien, tant au niveau de la préparation que de l’exécution des décisions.

Il a également été décidé de remplacer la direction actuelle Transport par deux nouvelles directions : une direction Transport Operations chargée du trafic ferroviaire en temps réel en insistant sur la ponctualité et la sécurité d’exploitation, et une direction Passenger Transport and Security qui se concentre sur le client comprenant entre autres la communication, l’encadrement et la sécurité.

Trois managers ont été désignés.

David Carliez, actuellement Directeur Asset Management à Sibelga, devient le Directeur Transport Operations en charge du trafic ferroviaire.

Gerd De Vos, déjà General Manager à la Direction Technics en ce moment reprendra les rênes de la direction Technics à partir du 1er octobre, et succédera ainsi à Richard Gayetot qui prendra alors sa retraite.

La direction Technics chargée de l’entretien du matériel roulant sera également renforcée par le recrutement de Vincent Alsteens, en poste actuellement chez Bombardier.

Renforcement de l’IT en collaboration avec un partenaire externe

La SNCB souhaite offrir un service de qualité à ses clients et à cet égard, elle se tourne résolument vers les technologies digitales qui s’avèrent cruciales pour la transformation nécessaire interne et opérationnelle de l’entreprise.

Historiquement, la SNCB ne dispose pas de toutes les ressources suffisantes ni de la capacité de développement en interne - ces deux éléments impactant fortement la vitesse d’implémentation - pour cette nécessaire transformation digitale. La SNCB a donc cherché un partenaire externe qui dispose d’une grande expertise afin de mettre en place ces développements de solutions IT de façon rapide et rentable.

Concrètement, il s’agit d’améliorer la rentabilité des moyens utilisés, d’élaborer une structure IT propre indépendamment d’Infrabel (obligation légale d’unbundling), d’étendre le nombre de services IT proposés (dont un top niveau en cybersecurity) et la mise en œuvre d’une stratégie IT « orientée cloud » dans le cadre de la transformation de l’entreprise.

La SNCB a conclu un accord-cadre d’une période de 7 ans pour la prestation des services IT susmentionnés. Par ailleurs, la SNCB continue d’investir largement dans son propre département IT afin de veiller à la cohérence stratégique et opérationnelle de l’infrastructure et des développements IT tout en en préservant la qualité.

Smartphones et tablettes

A tous les niveaux de l’entreprise, le stylo et le papier sont remplacés par des moyens de communication modernes, de sorte que les collaborateurs puissent disposer d’outils efficaces et modernes pour communiquer aisément et rapidement avec les clients et entre eux.

C’est pourquoi la SNCB a conclu un accord-cadre pour les cinq prochaines années (2018-2023), pour plusieurs milliers de smartphones et tablettes destinés entre autres aux conducteurs de train, accompagnateurs de train, personnel sur les quais et techniciens.