velo

Dans le cadre de sa stratégie train + vélo, la SNCB lance des consultations pour répondre au nombre sans cesse croissant d’utilisateurs du train. La SNCB souhaite promouvoir l’intermodalité et en particulier la combinaison « train et vélo ». L‘entreprise compte ainsi renforcer l’accueil des vélos en gare par la création de 50.000 emplacements vélos supplémentaires d’ici 2025 et va mener d’importants investissements pour améliorer le confort et la sécurité des parkings vélos.

L’utilisation du vélo ne cesse de croître ces dernières années. Associé au train, il constitue une alternative à la voiture à la fois flexible, saine, durable et qui ne provoque aucune congestion sur les routes.

Un focus sur l’accueil des vélos en gare

En phase avec les nouvelles tendances de mobilité, la SNCB souhaite promouvoir la combinaison « train et vélo » et va déployer une stratégie sur l’accueil des vélos.

Actuellement, 100.000 places de parkings vélo sont à la disposition des voyageurs qui se rendent en vélo à la gare.

La SNCB va accroître substantiellement la capacité des parkings vélo pour atteindre 150.000 places au total d’ici 2025, soit une augmentation de 50%. Dans le cadre du plan d’investissement pluriannuel, nous avons budgété une augmentation de 10 000 places. La SNCB va aussi investir dans le confort et la sécurité des parkings vélo, en augmentant le nombre de parkings qui disposent d’un contrôle d’accès.

Des conditions d’embarquement dans les trains adaptées

En lien avec sa promotion de l’intermodalité et avec un nombre sans cesse croissant de voyageurs (+3,6% en 2017 et une même tendance observée actuellement en 2018) et l’utilisation exponentielle du vélo, la SNCB a décidé d’adapter les conditions d’embarquement des vélos dans les trains, pour des raisons notamment de sécurité, de gestion des flux de voyageurs et d’accessibilité des trains.

A ce titre :

  • l’embarquement des vélos pliables reste gratuit ; le vélo doit être plié avant d’embarquer, et placé dans les espaces vélo prévus à cet effet ou sous les sièges.
  • à partir de février 2019, l’embarquement des vélos non pliables sera autorisé durant les heures creuses, pendant le week-end, les jours fériés et durant les vacances scolaires. Ceci, à l’instar des Pays-Bas par exemple, pays très connu en matière d’utilisation du vélo, où l’embarquement des vélos classiques à bord du train est un service payant et n’est pas possible non plus durant les heures de pointe.

Cela a pour objectif d’éviter toute perturbation éventuelle sur :

  • l’accessibilité des voyageurs dans les trains ;
  • la sécurité, y compris pour monter sur les quais. Cela permet en effet d’éviter que trop de vélos ne se trouvent sur les plateformes des trains au risque d’entraver, le cas échéant, une évacuation ;
  • la ponctualité, afin d’éviter des retards dus au chargement et au déchargement des vélos.

A ce jour, les consultations sont en cours à ce sujet, tenant compte notamment de l’avis sollicité auprès du CCVF (Comité Consultatif des Voyageurs Ferroviaires), qui vient de nous être communiqué. La SNCB a également rencontré le Fietsersbond, le Gracq et le Fietsberaad. Le projet sera affiné en fonction des retours liés à cette consultation.

loader