SNCB
Présence renforcée de Securail et de la police des chemins de fer à bord des trains

La SNCB soutient ses accompagnateurs de trains qui lancent aujourd’hui une action appelant à la solidarité des voyageurs autour de la problématique des agressions. Il est inacceptable que des collaborateurs dont la mission est d’assurer l’accueil et la sécurité des voyageurs à bord des trains soient victimes d’agressions. La SNCB renforce dès lors son plan anti-agression avec une série d’actions concrètes.

Les accompagnateurs de train sont un des plus importants points de contact de la SNCB pour nos voyageurs et jouent un rôle essentiel dans le service au client. Il est inacceptable qu’ils soient les victimes d’agressions verbales et physiques.

Depuis 2007, la SNCB mène un plan d’action global incluant plus de 50 mesures anti-agression. Ce plan est depuis lors régulièrement mis à jour et est aujourd’hui encore renforcé avec plusieurs actions très concrètes.

  • Depuis le lundi 17 septembre, il y a davantage d’agents Securail actifs dans les trains, avec une attention renforcée pour les derniers trains de la journée. Il y aura désormais chaque mois plus de 150 équipes Securail présentes dans les trains entre 18h et 2h du matin, ce qui correspond à quelque 20 trains supplémentaires en soirée. Leur déploiement est revu chaque semaine et adapté si nécessaire.
  • La SNCB a aussi demandé un renforcement à la police fédérale des chemins de fer afin que ces agents soient eux aussi davantage présents dans nos trains. Et ce, en tenant compte du planning des agents Securail pour que davantage de trains puissent être suivis de près.
  • La SNCB va également augmenter la fréquence des actions de contrôle à grande échelle et ciblées. Ainsi, dans chaque district, davantage d’actions de grande envergure seront organisées avec présence accrue de Securail, de la police fédérale des chemins de fer et des équipes TiCo dans les trains et dans les gares. L’objectif est avant tout d’apporter une réponse efficace aux problèmes. De plus, ces actions ont aussi un effet dissuasif.

En 2017 il y a eu 1165 cas d’agressions contre le personnel des trains et des gares. Cela correspond à une augmentation de 11% par rapport à 2016, année pendant laquelle on a relevé 1051 cas. En comparaison, en 2011, on comptabilisait 1502 cas d’agression. Grâce à ce renforcement des mesures, la SNCB veut faire en sorte que cette tendance à la baisse du nombre d’agressions se poursuive.