Les directions de SNCF, SNCB et Patina Rail LLP* (consortium composé de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et Hermes GPE LLP) ont présenté ce jour à leurs Conseils d’administration le projet « Green Speed » visant à rapprocher Eurostar, opérateur ferroviaire à grande vitesse transmanche, et Thalys, opérateur ferroviaire à grande vitesse franco-belge, pour créer le socle d’une entreprise européenne de mobilité durable à grande vitesse.

Ce projet, une fois précisément défini, sera soumis à l’approbation des Conseils d’administration, à l’information-consultation des représentants du personnel ainsi qu’à l'autorisation de la Commission européenne au titre du contrôle des concentrations.

Depuis leur création, Eurostar et Thalys partagent une même raison d’être : relier les Européens par-delà les frontières en respectant l’environnement. Au cours des vingt-cinq dernières années, les deux entreprises ont révolutionné le monde du transport et ont donné naissance à une nouvelle génération de voyageurs éco-responsables, en rendant faciles et rapides les déplacements de centre-ville à centre-ville en Europe.

Thalys et Eurostar desservent d’ores et déjà 5 pays - France, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas et Allemagne - où vivent près de 245 millions d’habitants. Elles proposent à leurs clients plus de 112 trains chaque jour et transportent plus de 18,5 millions de passagers par an.

Le défi climatique et la demande croissante de mobilité durable en Europe constituent pour elles une formidable opportunité de développement.

L’alliance de l’excellence et du savoir-faire unique des hommes et des femmes d’Eurostar et de Thalys donnerait un formidable élan à la grande vitesse européenne, et permettrait de proposer des offres capables de répondre à cette attente.

La future entité combinée pourrait offrir une expérience de voyage à grande vitesse à la fois confortable, écologique, et européenne. Demain, en rapprochant Thalys et Eurostar, le projet Green Speed permettrait de relier la Tamise à la Méditerranée, la mer du Nord à l’Atlantique, le plat pays aux sommets des Alpes.

Ce nouveau service serait une raison supplémentaire de choisir le train, plutôt que la route ou l’aérien, pour voyager en Europe. La mise en commun de leurs ressources, notamment de leurs flottes et de leurs systèmes d’information et de distribution, permettrait d’atteindre une efficacité économique et environnementale accrue, au service du développement des offres commerciales et au bénéfice des clients, avec à terme, l’ambition de relier encore plus de villes européennes entre elles. L’ensemble des employés qui font Thalys et Eurostar ont une expertise unique des voyageurs européens et de leur diversité, et une expérience inégalée des services transfrontaliers en Europe. Ils seraient demain les bâtisseurs du projet Green Speed et toutes les composantes du savoir-faire ferroviaire seraient mobilisées. 

Le projet green speed repose sur 5 objectifs : consulter le dossier en pdf